À votre service depuis 2011 Besoin d'info contactez-nous au 09 51 73 13 57

Mon adolescente lorgne la chirurgie esthétique: que faire?

adolescente chirurgie esthetique

Avec l’hypersexualisation de la société et les gros ploucs comme Robin Thicke et Fifty Cent qui objectivisent de plus en plus la femme, la pression d’avoir un corps de rêve se fait de plus en plus ressentir chez elles. Il n’y a pas que les femmes d’âge mur qui rêvent de passer sous le bistouri pour grossir leurs seins, modifier la taille ou la sculpture d’un nez ou encore pour affiner la taille des cuisses : ces chirurgies sont de plus en plus communes chez les jeunes.

Chirurgie esthétique et ados

En général, on ne parle pas de jeunes situés sous la barre des 14 ans; ce sont plutôt les filles (voire les garçons) qui approchent la fin du secondaire, donc à 15 ou 16 ans, qui commencent à envisager cette approche. Du côté des jeunes étalons, c’est l’adipomastie, soit le retrait de la graisse excédentaire au niveau des pectoraux, qui est la plus populaire : un garçon avec des seins mous, ce n’est malheureusement pas très populaire auprès des demoiselles.

Aujourd’hui, démystifions ensemble le sujet. Il est normal de se complexer lors de l’adolescence, et même après!

L’âge du consentement, c’est 18 ans

En France, le parent aura le dernier mot sur les opérations chirurgicales d’ordre esthétique jusqu’à l’âge de 18 ans. Le consentement ne s’applique pas pour les interventions vitales comme l’avortement ou encore la réparation d’un problème oculaire dangereux; toutefois, avoir de plus gros seins n’est pas considéré comme une question de vie ou de mort. Le chirurgien attendra donc votre approbation ou votre refus, selon le cas.

La meilleure solution, c’est le dialogue

Refuser catégoriquement toute intervention sans en avoir au préalable discuté avec votre adolescent ou adolescente, c’est une façon de lui dire que vous vous foutez de son opinion et que l’adulte a toujours raisons. Tâchez de lui montrer que vous comprenez la pression qui peut peser sur ses épaules tout en lui expliquant pourquoi vous êtes mal à l’aise avec l’idée d’une opération aussi jeune. Il n’est pas nécessaire de céder! Comme le corps d’une personne de 15 ans a encore le temps d’évoluer grandement, la chirurgie n’est pas toujours recommandée. La poitrine, par exemple, est un cas flagrant.

« Attends à 18 ans »

La solution, malheureusement, c’est parfois de repousser le moment de quelques années. C’est particulièrement vrai au niveau de l’augmentation mammaire : qu’est-ce qui vous dit que les seins de votre fille ne seront pas plus gros d’ici à quelques années? Le délai permettra à son corps de rattraper celui de ses congénères et elle réalisera alors la futilité d’opter pour le silicone ou pour des implants mammaires.

Si elle veut encore son opération alors, c’est son problème… espérons qu’elle n’y brûlera pas tout son épargne.

Rencontrer un chirurgien pour en discuter

Le spécialiste de la chirurgie plastique est habileté à prévoir les complications qui pourraient avoir lieu suite à une chirurgie réalisée en bas âge. Il peut aussi conscientiser l’adolescente aux risques réels qui découlent de l’opération, mais dites-vous qu’il prêchera probablement pour sa paroisse par la même occasion. Suite à la consultation, dites-vous qu’il y a d’excellentes chances que vous ne pouviez plus reculer en arrière, alors gardez cette alternative comme dernier recours.

Trouver des alternatives lorsque c’est possible

Vous ne serez pas en mesure de corriger l’apparence d’un nez sans avoir recours à une chirurgie plastique, ça c’est certain. Toutefois, il y a d’autres problèmes physiques qui ne requièrent pas nécessairement que vous passiez chez le chirurgien! La culotte de cheval, par exemple, ne demande qu’un programme d’exercices bien rodé. Plutôt que de dépenser quelques milliers d’Euros pour envoyer votre fille se faire charcuter, pourquoi ne pas lui payer un abonnement dans une salle de gym, des cours d’aérobie ou encore les services d’un entraîneur privé? Trouvez une activité physique qui la motive et poussez-là à se dépenser. La liposuccion ne devrait être qu’un des derniers recours pour la correction du poids d’une personne… faire davantage de sport pourrait aussi avoir un impact très positif sur sa santé et sur son bien-être personnel.


Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.