À votre service depuis 2011 Besoin d'info contactez-nous au 09 51 73 13 57

Le trotteur Youpala, un jouet pour bébé dangereux ?

Danger trotteur Youpala

Cadeau classique au moment de la naissance, le youpala est vendu à la fois comme un jouet d’éveil et un matériel de puériculture. Compte tenu de la possibilité d’effets néfastes provoqués par son utilisation, il est indispensable d’alerter les parents sur les dangers découlant de son mauvais usage, notamment concernant le développement de l’enfant et les risques d’accidents domestiques.

En effet, l’utilisation d’un trotteur à roulettes est à l’origine de nombreux accidents domestiques par chute chez l’enfant de moins de un an. Au Canada, dès 2004, l’implication du youpala dans ce type d’accidents a motivé son interdiction à la vente comme à l’importation. En France, entre le 1er janvier 2003 et le 31 décembre 2005, une étude des accidents de youpala pour les enfants admis aux urgences pédiatriques du CHU de Toulouse affirme que l’usage du trotteur est une pratique insécuritaire et dangereuse.

Conséquences de l’utilisation d’un trotteur Youpala sur le développement de l’enfant

Une autonomie retardée

L’enfant installé en youpala permet de limiter ou d’éviter le portage qui selon certaines idées reçues est une mauvaise habitude, car il induit le risque d’en faire un enfant exigeant, capricieux et manquant d’autonomie. En réalité, l’enfant se trouve beaucoup plus rarement en situation d’échange direct et corporel avec son parent. Ainsi, leur complicité établie lors du portage ou de jeux se fait plus rare et affecte son développement.

Le youpala est parfois considéré, à tort, comme une aide à la marche, alors qu’au contraire il retarde l’âge de cette acquisition. Placé dans un trotteur avant d’avoir pu expérimenter par lui-même un mode de déplacement autonome efficace (à quatre pattes), l’enfant devient, en quelques sorte, « le prisonnier » de son engin.

Des troubles de l’équilibre

La principale conséquence est l’hypertonie* du plan postérieur de l’enfant. Dans un youpala, l’enfant avance en se propulsant simultanément sur les deux membres inférieurs, contractant l’ensemble du plan postérieur jusqu’aux orteils. On est loin ici de l’apprentissage progressif qui mènera l’enfant aux déplacements alternés : ramper, avancer à quatre pattes et marcher. En conséquence il n’apprend pas à utiliser correctement ses pieds et perd souvent son équilibre.

L’enfant placé dans un youpala se déplace très vite… Il ne retrouvera pas cette sensation de vitesse grisante, jubilatoire lors de ses déplacements autonomes (reptation, quatre pattes…) et s’en sentira souvent frustré. Par ailleurs, il ne développe pas la capacité d’être attentif aux obstacles et ne « freine » pas pour les éviter puisque la tablette du youpala le préserve des collisions directes. N’étant plus dans la nécessité d’anticiper les conséquences de ses actions motrices, il désapprend progressivement à parer les chutes.

La pauvreté des manipulations effectuées par l’enfant peut affecter le développement des coordinations oculo-manuelles. Le youpala considéré comme un moyen d’assurer la sécurité de l’enfant (surtout dans les logements trop petits et/ou insalubres), en réalité, peut se révéler dangereux. Relâcher sa vigilance est périlleux.

En observant l’enfant dans un youpala, on constate que, même s’il tend la main vers les objets de son environnement, il peut rarement les atteindre, la tablette du dispositif ayant approximativement le même rayon que la longueur de son bras. Il n’a alors plus qu’à se « rabattre » sur les jouets proposés sur la tablette, souvent fixés, qu’il est impossible de prendre, de reposer, de passer d’une main à l’autre, ni même de jeter.

Enfin, le youpala réalise une véritable « coupure » du corps de l’enfant en deux. Concernant la partie inférieure de son corps, l’enfant n’est plus en mesure de corréler ce qu’il sent (proprioception) et ce qu’il voit de ses mouvements. Le risque est que la partie inférieure du corps ne s’inscrive pas ou peu dans la mémoire corporelle, la construction du schéma corporel étant alors mise à mal.

Tous les enfants placés en youpala – même régulièrement – n’éprouvent évidemment pas l’ensemble de ces difficultés. Pour autant, il semble important de ne pas négliger les conséquences possibles. Il est nécessaire d’être vigilant dès l’apparition des signes des différents troubles chez l’enfant : excitabilité, bébé « bondissant », hypertonie des membres inférieurs, pauvreté motrice associée à une grande frustration en décubitus**, et plus tard marche sur la pointe des pieds, instabilité, maladresse, défaut d’anticipation motrice, mauvaise coordination, chutes.

Lorsque ces troubles sont déjà présents, il est indispensable de les prendre en considération car ils ne disparaîtront pas avec le temps. Il faut alors consulter un spécialiste et accompagner l’enfant pour permettre l’enrichissement de ses expériences et le retour progressif vers une motricité autonome, ainsi que gérer le « vivre sans youpala » parfois bien difficile.

*Hypertonie : accroissement anormal du tonus des tissus ou des muscles.

**Décubitus : Position du corps sur un plan horizontal

Source : Commission de la sécurité des consommateurs http://www.securiteconso.org (Extrait des Cahiers de la puéricultrice – janvier 2009-n°223)

Stop aux Trotteur ou Youpala !

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.